Cookie Policy

This website uses cookies. You can find more information on the types of cookies used as well as enable individual cookies in their respective categories. You can adjust your settings at any time through the link in the footer of this website.

Strictly necessary

Strictly necessary

Strictly necessary cookies guarantee functions without which this website would not function as intended. As a result these cookies cannot be deactivated. These cookies are used exclusively by this website and are therefore first party cookies. This means that all information stored in the cookies will be returned to this website.
No cookies in this category

Functional

Functional cookies enable this website to provide you with certain functions and to store information already provided (such as registered name or language selection) in order to offer you improved and more personalized functions.
No cookies in this category

Marketing / Third Party

Marketing / Third Party Cookies originate from external advertising companies (among others) and are used to gather information about the websites visited by you, in order to e.g. create targeted advertising for you.
No cookies in this category

Performance

Performance cookies gather information on how a web page is used. We use them to better understand how our web pages are used in order to improve their appeal, content and functionality.
No cookies in this category

Ivermectine Stromectol générique - un médicament qui tue le coronavirus

Le fait que le médicament "Ivermectine" détruise presque complètement le coronavirus dans les 48 heures suivant le début de l'utilisation a été rapporté par des scientifiques de l'Université Monash et du Royal Hospital de Melbourne (des informations à ce sujet ont été publiées dans la revue médicale Antiviral Research).

Il a été constaté que ce médicament antiparasitaire a longtemps été utilisé pour traiter les vers et autres parasites chez les humains, les porcs, les bovins, les chevaux et les moutons.

Pour la découverte de "l'ivermectine" en tant que moyen pouvant protéger une personne contre l'infection par les vers ronds, il a même reçu en 2015 le prix Nobel de physiologie ou de médecine. Il a été partagé par le scientifique japonais Satoshi Omura et l'Américain William Campbell pour le travail qu'ils accomplissent depuis 1978. Grâce à eux, les gens ont reçu un médicament qui les a sauvés de la cécité et de l'éléphantiasis causés par les vers.

Depuis 1997, Ivermectine a été utilisé pour traiter une maladie infectieuse - la strongyliose causée par les vers ronds chez l'homme. Dans cette maladie, en plus des symptômes gastro-intestinaux et cutanés, des manifestations pulmonaires sont également observées en raison du mouvement des larves du ver le long des alvéoles. L'infection primaire se manifeste par une respiration sifflante dans les poumons et une toux légère, puis des symptômes similaires à l'asthme bronchique et à la pneumonie peuvent se développer.

Peut-être que cette dernière similitude avec COVID-19 a incité les scientifiques à essayer un agent antiparasitaire basé sur une substance produite par certains micro-organismes dans la lutte contre le coronavirus.

Des chercheurs australiens ont testé l'ivermectine sur une culture cellulaire infectée par le coronavirus. Ils rapportent que 24 heures après l'injection du médicament dans les cellules, la proportion d'ARN viral dans celles-ci a diminué de 93%, après deux jours supplémentaires, le virus a diminué de 99%.

L'agent a été introduit dans la culture cellulaire 2 heures après leur infection. Il s'est avéré non seulement efficace dans la lutte contre le virus, mais également non toxique pour les cellules. À cet égard, les scientifiques ont proposé de commencer des essais cliniques sur la réutilisation du médicament pour le traitement du COVID-19. Selon eux, le médicament s'est très bien avéré être un moyen d'affecter sélectivement le coronavirus. Cela a été démontré par des études du médicament sur des cultures cellulaires infectées par le virus.